Flash Infos 1: Hydroxychloroquine et substances psychoactives

Un site utilisant Réseau HU Paris 10

CENTRE D'ADDICTOVIGILANCE DE PARIS (CEIP-A)

Flash Infos 1: Hydroxychloroquine et substances psychoactives

Chers Confrères,

Le CEIP-Addictovigilance de Paris souhaite vous relayer un point d’information essentiel de l’ANSM au sujet des traitements Plaquenil® (hydroxychloroquine) et Kaletra® (lopinavir/ritonavir). Comme vous le savez, ces médicaments sont indispensables au maintien des soins des patients atteints de maladies chroniques comme le lupus, la polyarthrite rhumatoïde, le VIH… pour lesquels ces traitements sont indiqués.

L’ANSM a été alertée sur les difficultés d’accès à ces spécialités ainsi qu’à leurs génériques dans les pharmacies d’officine et rappelle qu’à ce jour, aucune de ces deux molécules n’a d’indication dans la prise en charge du COVID-19 en ville (avis du Haut conseil de santé publique du 24/03/2020 ).

Conformément au décret du 25 mars 2020, l’ANSM demande aux pharmaciens d’officine « de ne délivrer ces médicaments que sur prescription médicale dans leurs indications habituelles, ceci afin de sécuriser leur accès aux patients qui en bénéficient pour leur traitement chronique ».

Pour plus d’information sur la conduite à tenir au comptoir, cliquez sur ce lien :https://ansm.sante.fr/S-informer/Points-d-information-Points-d-information/L-ANSM-securise-l-acces-aux-traitements-Plaquenil-et-Kaletra-pour-les-patients-atteints-de-maladie-chronique-Point-d-Information

Le CEIP-Addictovigilance de Paris souhaite par ailleurs attirer votre attention sur les interactions médicamenteuses possibles entre Plaquenil® et substances psychoactives qu’elles soient médicamenteuses ou non médicamenteuses.

Cocaïne, amphétamines et cannabis sont toutes des drogues susceptibles d’être arythmogènes et peuvent potentialiser la toxicité cardiaque du Plaquenil®. Il en est de même pour les MSO (méthadone ou buprénorphine) mais aussi pour le tramadol ou encore l’hydroxyzine, les antidépresseurs (imipramine, mirtazapine, fluoxétine, citalopram, clomipramine, sertraline, venlafaxine) et les antipsychotiques (clozapine, quétiapine, rispéridone, aripiprazole, prométhazine, halopéridol, cyamémazine). Dans le cadre d’un suivi médical, ces risques et interactions sont gérés (correction de l’hypokaliémie[1] induite par le COVID avant introduction du Plaquenil®, surveillance du ionogramme et de l’ECG tout au long de la prise en charge). Hors suivi médical, cette balance bénéfice/risque n’est plus assurée.

Nous comptons sur vous pour effectuer ce travail de pédagogie et alerter les patients sous traitements psychoactifs et usagers de drogues sur les dangers de l’automédication par Plaquenil®.

Des comportements de « recherche » du Plaquenil® sont d’ores et déjà rapportés et la gendarmerie est en alerte sur un éventuel trafic.

Nous vous invitons à doubler de vigilance quant aux ordonnances suspectes de Plaquenil® et de mettre en garde vos patients sur les dangers de l’achat en ligne de médicaments (arnaques sur le produit, dosage…).

N’hésitez pas à nous signaler toute ordonnance suspecte ou toute information utile par mail (ceip.addictovigilance-paris.lrb@aphp.fr) ou via le portail national des vigilances (en cochant la case « Addictovigilance ») https://signalement.social-sante.gouv.fr/psig_ihm_utilisateurs/index.html#/accueil

Les pancartes ci-après vous font le résumé de l’info et vous donne quelques conseils praticopratiques au comptoir. 

Le Centre d’Addictovigilance de Paris vous remercie pour votre mobilisation.

Suivez-nous sur twitter @AddictoParis pour être les premiers informés.

 

[1]RFCRPV. Chloroquine et hydroxychloroquine. Point d’information à destination des professionnels de santé https://www.rfcrpv.fr/chloroquine-point-dinformation/