Le cannabidiol (épisode 1)

Le cannabidiol (épisode 1)

Depuis plusieurs mois, de nombreux « coffee-shops » ont ouvert un peu partout en France : 120 selon les estimations de l’association Norml. Ce sont des boutiques où il est possible d’acheter et consommer du cannabis. En France, étant donné que le cannabis est illégal, les coffee-shops proposent des produits à base de cannabidiol, substance présente dans le cannabis, mais non nommément désignée dans la liste des stupéfiants en France.  L’ouverture de ces coffee-shops  suscite le débat et face à l’ampleur du phénomène, les autorités sanitaires (MILDECA, ANSM, etc…) ont apporté une clarification sur la règlementation  de ces produits [1].

Norml: National Organization for the Reform of Marijuana Laws France

MILDECA: Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues Et les Conduites Addictives

ANSM: Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé

Qu’est-ce que le cannabidiol ?

Le cannabis,  appelé aussi chanvre,  est une plante qui contient près d’une centaine de substances appelées phytocannabinoïdes. Les deux composés actifs majeurs du cannabis étant le delta-9-tétrahydrocannabinol (THC), classé stupéfiant et le cannabidiol (CBD).

Les variétés de plante cannabis contiennent toutes un mélange cannabidiol/THC dont les  proportions varient.

La teneur en THC du cannabis n’a cessé d’augmenter passant de 5-10% dans les années 2000 à 15-20% de nos jours [2].

Comment agit-il ?

Le THC agit sur les deux récepteurs endocannabinoïdes CB1 et CB2. Il est agoniste partiel du CB1 et induit des effets psychoactifs (euphorie, apaisement, détente et bien être, somnolence, modifications des perceptions…) [3] [4].

Le cannabidiol a une action complexe du fait d’une affinité avec de multiples cibles moléculaires (agoniste du récepteur sérotoninergique 5HT1A, agoniste partiel du récepteur dopaminergique D2, récepteur à la glycine, TRPV1…) [3] [5] [6].

Le cannabidiol est un antagoniste non compétitif des récepteurs CB1, (c’est pour cela qu’il est supposé dépourvu de propriétés psychoactives) et un agoniste inverse du récepteur CB2. Malgré une faible affinité pour les récepteurs CB1, il interagirait avec le THC et en modulerait les effets [5].

Par ailleurs, il augmente aussi la concentration synaptique des endocannabinoïdes.

 

Figure 2 : Effets des différents cannabinoïdes

Quels sont ses effets ?

Le cannabidiol a de nombreuses propriétés parmi lesquelles anti-inflammatoires, anti-ischémiques, vasodilatatrices, antioxydantes, neuroprotectrices, immunosuppressives et antiprolifératives [3] [5] [6]. Il est donc actuellement étudié comme thérapeutique dans diverses pathologies telles que les maladies inflammatoires, cardiovasculaires et neuro-dégénératives (maladie Alzheimer, Parkinson, Huntington, sclérose en plaques), le cancer, les maladies du système immunitaire.

Par ailleurs, le cannabidiol présente les effets psychoactifs suivant:

  • anxiolytiques et anti-stress (réduction des tensions musculaires, agitation, fatigue chez l’animal. Réduction de l’anxiété sociale, de l’inconfort lors de la prise de parole chez l’homme).
  • antidépresseurs
  • anti-psychotiques
  • analgésiques(douleurs neuropathiques résistantes aux autres traitements)
  • anti-épileptiques(réduction de la fréquence des crises chez des enfants et jeunes adultes ayant des résistances aux traitements anti-épileptiques). Une somnolence est retrouvée comme effet indésirable [5] [7].

 

 

Au niveau du potentiel d’abus et dépendance, il faut noter des effets sur le circuit dopaminergique, c’est-à-dire sur le circuit de la récompense, qui ne sont pas encore suffisamment étudiés.

Un point sur la législation

En France, le cannabis sp est classé comme stupéfiant et toute opération le concernant (production, détention, utilisation) est interdite [8] [9]. Cependant, la loi autorise, dans le cadre de dérogations, la commercialisation de certaines variétés de plantes pour permettre une utilisation industrielle (industries textiles, automobiles, papeterie etc) [1].

Qu’en est-il du statut du CBD ?

Pour que tout produit obtenu à partir du chanvre soit autorisé, il doit remplir trois conditions :

  1. la variété de chanvre dépourvue de propriétés stupéfiantes, inscrite sur une liste (article R. 5132-86 du CSP)
  2. seules certaines parties de la plante sont autorisées : les graines et les fibres (feuilles et fleurs sont interdites quel que soit la variété)
  3. la plante doit avoir une teneur en THC < 0.2%. La présence de THC dans le produit fini, quel que soit son taux, est interdite

 

Ainsi toute utilisation de cannabis en dehors de ces dérogations est punie par la loi.

 

En France, il existe des médicaments contenant du THC et/ou CBD qui sont autorisés [10]:

Il s’agit du Sativex® delta-9-tétrahydrocannabinol et cannabidiol, médicament indiqué dans la « spasticité dans la sclérose en plaques après échec des autres thérapeutiques » (Autorisation de mise sur le marché obtenue en 2014 mais non encore commercialisé).

Il y a également le Marinol® dronabinol, utilisé dans la prise en charge dans les douleurs neuropathiques d’origine centrale après échec des traitements habituels. Il nécessite une Autorisation Temporaire d’Utilisation (ATU).

L’Epidiolex® cannabidiol, nécessite également une ATU.

Dernières news…

Depuis plusieurs mois, des perquisitions, des saisies de produits et des fermetures de coffee shops ont eu lieu exposant les vendeurs a des poursuites judiciaires.

En octobre 2018, la cour d’appel d’Aix-en-Provence, a décidé de saisir la Cour de justice européenne pour avis. Il se pourrait que la règlementation française soit incompatible avec celle de l’Union Européenne, qui elle, autorise l’utilisation de la plante de chanvre entière.

De plus, l’agence mondiale anti-dopage a retiré, en 2018[11], le CBD de la liste des produits dopants et l’Organisation Mondiale de la Santé12 a communiqué dans un rapport de fin 2017, que le CBD n’était pas nocif et n’avait pas un potentiel addictif.

 

Le cannabidiol suscite beaucoup d’interrogations. Il est au centre des débats pour statuer sur sa règlementation. Et il est au cœur de nombreuses études au vu de ses potentielles indications thérapeutiques.

A Suivre … Cannabidiol …Episode 2

Référence

  1. Cannabidiol (CBD) le point sur la législation [en ligne]. MILDECA, Juin 2018 http://www.drogues.gouv.fr/actualites/cannabidiol-cbd-point-legislation
  1. Synthèse thématique : « cannabis » [en ligne]. OFDT, Juin 2018  https://www.ofdt.fr/produits-et-addictions/de-z/cannabis/
  1. Izzo AA, Borrelli F, Capasso R, Di Marzo V and Mechoulam R. Les phyto-cannabinoïdes non-psychotropes : les nouvelles opportunités d’une plante ancienne. Trends in Pharmacological sciences 2009;30:515-527
  2. INPES, Mildt. Drogues et dépendances. Le livre d’information. Edition INPES, Mars 2007.
  3. Pisanti S et al. Cannabidiol : state of the art and new challenges for therapeutic applications. Pharmacology and therapeutics 2017;175:133-150
  4. Rong C et al. Cannabidiol in medical marijuana : research vistas and potential opportunities. Pharmacological Research 2017;121:213-218
  5. Devinsky O, Verducci C, Thiele EA, Laux LC, Patel AD, Filloux F, Szaflarski JP, Wilfong A, Clark GD, Park YD, Seltzer LE, Bebin EM, Flamini R, Wechsler RT, Friedman D. Open-label use of highly purified CBD (Epidiolex®) in patients with CDKL5 deficiency disorder and Aicardi, Dup15q, and Doose syndromes. Epilepsy Behav. 2018 Sep;86:131-137. doi: 10.1016/j.yebeh.2018.05.013. Epub 2018 Jul 11. PubMed PMID: 30006259.
  6. Code de la santé publique [en ligne]. Legifrance, Juin 2013 https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006072665&idArticle=LEGIARTI000006915699&dateTexte=&categorieLien=cid
  1. Arrêté de 1990 [en ligne]. Légifrance, Mai 2018 https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000533085
  1. Base de données en ligne des prescripteurs médicaux  https://www.vidal.fr/
  1. https://www.wada-ama.org/fr/questions-reponses/cannabinoide
  2. http://www.who.int/features/qa/cannabidiol/fr/