Drogues, alcool et risques sexuels

L’été est une période dédiée au plaisir dans tous ses aspects et que l’on s’octroie sans modération. Le revers de ces moments de liberté et de fête peut comporter des incidents fâcheux et souvent tragiques venant gâcher cette insouciance parfois de façon durable. La consommation volontaire de substances psychoactives (SPA) peut exposer au risque d’agressions diverses par l’état de vulnérabilité que ces substances génèrent. Cet état de vulnérabilité chimique réalise un tableau clinique associant un ou plusieurs des symptômes suivants : désinhibition, modification des émotions, sédation plus ou moins importante, diminution des réactions de défense et amnésie parfois totale et angoissante.

 

Toutes les SPA consommées, de façon volontaire ou à l’insu de la victime, possèdent ces propriétés.

 

Dans nos enquêtes nationales sur la soumission chimique ou l’usage criminel ou délictuel des SPA, la consommation banalisée d’alcool est prépondérante induisant une amnésie telle que les victimes ont du mal à la relier à leur consommation habituelle. Selon les données de l’étude de 2016 (dernière publiée), la consommation d’alcool représente 83% des cas bien documentés (sujets en âge d’en consommer). Concernant la vulnérabilité chimique par consommation d’alcool seule, la proportion avoisine les 46% alors que lorsqu’elle était associée à une autre substance (substances illicites ou médicaments), elle est plus importante et culmine à 93% des cas. La substance non médicamenteuse qui suit l’alcool est le cannabis. Ce dernier est retrouvé dans 31% des cas.

Quant aux faits subis sous influence des SPA, ils sont graves car essentiellement à caractère sexuel et décrits chez plus de 94% des victimes (hommes ou femmes).

Quelques rappels et conseils pour vos sorties :

  • L’alcool seul est un amnésiant
  • La polyconsommation de SPA augmente le risque de vulnérabilité
  • Se méfier de l’association alcool + traitement médicamenteux psychotrope (potentialisation de la vulnérabilité chimique)
  • Se méfier de l’association alcool + cannabis et autres drogues (potentialisation de la vulnérabilité chimique)
  • Une personne en état d’ivresse ou sous l’emprise de substances ne peut exprimer consciemment son consentement
  • La prise volontaire de substances peut faire négliger les mesures de prévention des risques sexuels

 

  • Modérer vos consommations.
  • Surveiller son verre tout au long de la soirée
  • Ne pas accepter de verre offert
  • Rester entouré par son cercle d’amis en permanence
  • Définir un « capitaine de soirée » qui veillera à la protection de ses proches : souvent les victimes sont « perdues de vue » au moment de l’agression.
  • Les agressions liées à la vulnérabilité peuvent avoir lieu sur le trajet du retour, dans des établissements festifs publics, dans la sphère privé : restez vigilants partout !