Actualité réglementation NPS: cannabinoïdes de synthèse et stupéfiants

De nouveaux cannabinoïdes de synthèse classés sur la liste des stupéfiants en France

La ministre en charge de la Santé a décidé de classer comme stupéfiant un ensemble de substances cannabinoïdes. Ce classement intervient en raison des propriétés pharmacologiques, des effets psychoactifs et du potentiel d’abus et de dépendance de ces substances.

 

Depuis les années 2000, le marché des drogues s’est complexifié avec l’émergence des « Nouveaux Produits de Synthèse » (NPS). Ces substances psychoactives, chimiques ou naturelles, sont peu ou pas réglementées par le droit international. Le terme « nouvelles » ne se réfère pas nécessairement à un développement récent de la substance mais à son émergence récente sur le marché récréatif des drogues. Les structures chimiques des Nouveaux Produits de Synthèse (NPS) se rapprochent de celles des drogues classiques, sans être tout à fait identiques échappant ainsi à la législation internationale sur les stupéfiants.

 Les cannabinoïdes de synthèse, communément appelés « Spice », représentent la classe de NPS qui contient le plus grand nombre de composés de synthèse. On en dénombre actuellement 130 en Europe (OFDT). Divisés en 7 familles, ces cannabinoides diffèrent structuralement parlant du Δ 9-tetrahydrocannabinol (THC) mais lui sont similaires d’un point de vue fonctionnel (agoniste des récepteurs cannabinoïdes B1 et B2).

Image1 liste cannabinoides

Initialement développés en tant qu’agents pharmaceutiques potentiels, ils sont aujourd’hui détournés pour leurs effets psychoactifs similaires à ceux du cannabis.

Les cannabinoïdes de synthèse sont vendus en tant que mélange de plantes ou d’encens et sont généralement fumés (produits purs vaporisés sur de la matière végétale : « blend »). La vente se fait uniquement sur internet. On les retrouve également sous forme de résines, de e-liquide ou de produits purs (liquide ou poudre). Ils ne contiennent ni tabac ni cannabis.

Les points importants

Pharmacologie/Pharmacocinétique :

  • Au sein d’une même classe chimique de cannabinoïde, l’affinité pour le récepteur CB1 est variable et non prédictible. De nombreux cannabinoïdes de synthèse présentent une puissance d’effet significativement supérieure à celle du THC. Elle peut être deux fois supérieure (pour le CP 47,497 et le C6), 4 fois supérieure (pour le JWH-018) voire 200 fois supérieure (pour le HU-210). Ainsi les doses «usuelles» peuvent être inférieures à 1 mg et peuvent nécessiter l’usage d’une balance de précision pour la consommation et ainsi éviter une toxicité.
  • Certains sont des agonistes purs très puissants des récepteurs CB1 (contrairement au THC qui est un agoniste partiel), potentialisant le risque d’effets indésirables neuropsychiatriques. Selon le cannabinoïde, la durée des effets est plus ou moins longue (par rapport au THC). Elle semble être plus courte pour le JWH-018 (1 à 2 heures), et plus longue pour le CP-47,497 et son homologue le C8 (5 à 6 heures). Certains symptômes peuvent persister jusqu’à 24 heures après la prise.

Ainsi indépendamment de l’affinité au récepteur CB1, certains cannabinoïdes peuvent avoir une demi-vie longue et provoquer un effet psychoactif prolongé (très différent du cannabis).

Toxicologie :

 Les cannabinoïdes de synthèse peuvent entraîner des complications psychiatriques incluant anxiété, irritabilité, état d’agitation, hallucinations, paranoïa, idées suicidaires et des troubles mnésiques. Des complications somatiques sont également rapportées : convulsions, tachycardie, hypertension, syndrome coronarien aigu, pneumopathie, nausée/vomissement et perte de connaissance.

Du fait de la variabilité considérable inter- et intra-lots dans les mélanges à fumer, aussi bien en termes de substances présentes qu’en termes de quantité, la possibilité d’une intoxication est plus importante qu’avec le cannabis. Une tolérance semblerait se développer assez rapidement chez les usagers de cannabinoïdes de synthèse, avec un potentiel important de dépendance (craving).

 En France, moins de 10 cas de consommation ont été notifiés au réseau des CEIP et aucun cas ne faisait état d’un décès par consommation de cannabinoide de synthèse. En revanche plusieurs intoxications ayant nécessité une hospitalisation ont été recensés à Fribourg et 1 décès en Suède ont poussé la commission des stupéfiants et des psychotropes à (de nouveau) statuer sur les cannabinoïdes de synthèse, en vue d’une nouvelle réglementation et leur classement générique sur la liste des stupéfiants.

 Le nombre important de cannabinoides de synthèse et leur émergence incessante sur le marché rendent leur détection et leur mise sous contrôle particulièrement difficiles, d’autant plus que les cannabinoïdes de synthèse présentent une grande diversité chimique. Actuellement, aucun des cannabinoïdes de synthèse n’est sous contrôle international et seuls certains sont classés dans quelques États membres. Le Royaume-Uni a adopté des définitions génériques et devrait introduire prochainement des mesures de contrôle pour une large gamme de cannabinoïdes de synthèse. Il en est de même au Danemark, en Suisse et en Espagne (à l’étude). D’autres États de l’UE prévoient également l’adoption de mesures de contrôle.

La nouvelle réglementation

Image1 loi

Les cas d’abus et de pharmacodépendance graves doivent être déclarés aux centres d’évaluation et d’information sur la pharmacodépendance – voir liste des CEIP

LIENS:

Arrêté du 19 mai 2015: http://legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2015/5/19/AFSP1511929A/jo/texte

Point d’information ANSM: http://ansm.sante.fr/S-informer/Actualite/Inscription-de-nouveaux-cannabinoides-de-synthese-sur-la-liste-des-stupefiants-Point-d-information

Article Courrier des addictions – Mars 2015: NPS: que sait-on ?  http://www.edimark.fr/publications/CAD/le-courrier-des-addictions/2390#

REFERENCES:

EMCDDA. Drug profile: Cannabinoïdes synthétiques et « Spice ». http://www.emcdda.europa.eu/publications/drug-profiles/synthetic-cannabinoids/fr

Vardakou I, Pistos C, Spiliopoulou C. Spice drugs as a new trend: Mode of action, identification and legislation. Toxicol Lett – http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0378427410015419

Seely KA, Lapoint J, Moran JH, Fattore L. Spice drugs are more than harmless herbal blends: A review of the pharmacology and toxicology of synthetic cannabinoids. New Drugs Abuse – http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0278584612000899

Harris CR, Brown A. Synthetic Cannabinoid Intoxication: A Case Series and Review. J Emerg Med http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0736467912008876