Poppers et législation

Le 3 juin dernier le Conseil d’Etat a annulé l’arrêté de 2011 sur la vente illégal des poppers en France, le CEIP propose de revenir sur l’histoire du poppers en France..

« Le Poppers a l’image d’un produit extrêmement banal car très facile à consommer. Il suffit que quelqu’un ait une fiole et qu’on la respire», explique Agnès Cadet-Taïrou, une des auteurs du rapport de l’OFDT.

Consommation en population générale

Selon les données issues du Baromètre Santé 2005, 4,1 % des personnes âgées de 18 à 64 ans auraient expérimenté des «poppers» (expérimentation la plus élevée (6,3 %) dans la tranche d’âge des 26-44 ans)

L’expérimentation des «poppers» est un phénomène plus spécifiquement masculin. La fréquence d’expérimentation des «poppers» chez les jeunes de 17 ans est en nette augmentation depuis 2000 puisqu’elle passe de 2,4 % en 2000 à 13,7 % en 2008. Elle a notamment beaucoup progressé chez les filles (de 1,3 % en 2000 à 13,2 % en 2008)

Parmi les expérimentateurs, seuls 6,7 % ont consommé le produit de manière régulière (au moins 10 fois) dans l’année précédente.

L’usage des poppers est plutôt de l’ordre de l’expérimentation ou de l’usage occasionnel.

Historique et Legislation

Synthétisé pour la première fois en 1844 par le pharmacien/chimiste Antoine-Jérôme Balard, le nitrite d’amyle est rapidement utilisé en cardiologie, le nitrite d’amyle (ou iso-pentyle) a notamment été utilisé pour ses propriétés vasodilatatrices des coronaires pour soulager les crises d’angine de poitrine (angor).

Puis la trinitrine prendra sa place mais, le nitrite d’amyle est tout de même utilisé en médecine jusqu’au milieu du 20ème siècle.

C’est dans les années 1970 que les premiers usages détournés du produit apparaissent. Le « poppers » devient de plus en plus populaire dans les milieux festifs et devient un aphrodisiaque à la mode.

La législation a changé plusieurs fois depuis cette période (voir infographie)

poppers3

Pharmacologie et effets recherchés par les utilisateurs

Les poppers sont des nitrites organiques. Leurs formes liquides volatiles sont utilisées à des fins aphrodisiaques et récréatives, par inhalation. Leurs effets ne durent pas plus de deux minutes.

Leur effet principal est la relaxation des fibres musculaires lisses entrainant notamment une vasodilatation cérébrale, périphérique et génitale. Ils sont également responsables d’une hypotension et d’une accélération du rythme cardiaque.

Leur inhalation produit une euphorie, éventuellement accompagnée de rires et une sensation d’ébriété. Ils peuvent être également utilisés pour optimiser les performances sexuelles : ils sont, en effet, censés améliorer l’érection, accroître les sensations orgasmiques et retarder l’éjaculation.

Complications

Ces produits induisent également la transformation de l’hémoglobine en méthémoglobine impropre au transport de l’oxygène dans le sang, provoquant cyanose et hypoxie. D’autres effets sont rapportés : sensation de chaleur, tachycardie, céphalées, nausées, vomissements, hypotensions, malaises et collapsus cardio-vasculaire pouvant aller jusqu’au décès.

Récemment l’ANSM a été alertée à propos d’atteintes visuelles (par inhalation ou projection) liées aux poppers dont certaines avec séquelles définitives.

 Sources:

ESCAPAD (2008) [5]

 Baromètre santé 2005, INPES / OFDT [6]

 OFDT Note relative à l’usage des «poppers» -5Agnès Cadet-Taïrou, Emmanuel Lahaie, Michel GandilhonSaint-Denis, le 12 juin 2009

 COMITE DE COORDINATION DE TOXICOVIGILANCE Exposition aux poppers notifiés aux CAPTV Mise à jour du rapport de janvier 2010 Rapport fait à la demande de l’Afssaps Octobre 2011

http://www.liberation.fr/societe/2013/06/04/les-poppers-pourront-de-nouveau-etre-commercialises-en-france_908187

 http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=075F42D8473D4957DC37711DCA21231E.tpdjo06v_2&dateTexte=?cidTexte=JORFTEXT000000166136&categorieLien=cid